Journal cathartique, entrée une

Aller en bas

Journal cathartique, entrée une Empty Journal cathartique, entrée une

Message par Irvin von Stakenberg le Mar 6 Aoû - 12:55

Journal cathartique, entrée une.

    L’humain, Ernest, qui se dit médecin de l’âme (s’il savait …) me conseille cet exercice. Jeter les idées sur le papier. Comme des cris trop longtemps contrôlés.
D’Ernest, je m’en ferais peut-être une goule, par commodité. Néanmoins ses évocations constantes d’inconscient ou de surmoi me fatiguent … nous verrons.

    Je suis mort, mais ne me suis jamais senti aussi vivant. Cliché éculé, mais qui prend tout son sens à l’aune de la non vie. Et pourtant, quelle existence fragile ! Un simple mot, comme un rayon de soleil, plus haut que les autres, et je « retournerai à la poussière ». Partager ces faiblesses avec les autres membres de mon espèce n’est qu’un maigre réconfort. Avoir en commun ces caractéristiques avec mes semblables me chagrine, même. Je ne peux pas être aussi chétif que ces moustiques qui deviennent fous à l’odeur du sang, comme à la lumière d’une simple bougie !  Je ne le veux pas, c’est intolérable.
300 ans d’existence, et je me sens toujours plus en danger.
Cela doit cesser.

Je suis pourtant entouré d’alliés qui, … ont leur utilité. Dans une ville, qui a son utilité. Désormais habités de ces rats puants qui échangent des informations comme de vulgaires marchands de tapis au pied du temple. Ils peuvent être utile, également.
Et, ma foi, j’ai beaucoup de tapis.
(Note pour moi-même : possible de revoir le système d’assainissement de la ville de Boston. Il faudra peut-être tout nettoyer … Nous verrons)

Parmi les dangers qui menacent la flamme de ma non vie, des membres de mon clan se sont admirablement annoncés. Diable, je n’avais pas imaginé que le prix à payer pour être libre serait si élevé ! Cette garce de liberté est farouche, il faut constamment batailler pour qu’elle reste à mes côtés.  

Alors que j’écris ces lignes, j’entends au loin un musicien travailler ses gammes, au cor. Et je me laisse porter par les harmoniques ...
Il est peut-être temps de lancer officiellement la chasse, oui.
Ou alors devrais-je me mettre à la musique, moi aussi, pour apaiser les tourments de mon esprit… ?  Nous verrons

Me sens-je même légèrement apaisé ?
Non.
Ernest, foutu truandaille
Irvin von Stakenberg
Irvin von Stakenberg

Messages : 10
Date d'inscription : 21/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum